LE COIN DES CURIEUX

infos & life style

 

Aujourd’hui, 40% des Français sont sensibles à la pollution numérique. Si vous faites partie de ces derniers vous devez sûrement réaliser l’impact du Covid-19 sur l’augmentation de cette pollution. 

Depuis bientôt deux mois nous sommes enfermés chez nous pour pallier à la pandémie mondiale, notre consommation d’outils numériques n’a alors cessé d’augmenter. Nous nous divertissons davantage grâce au web (séries, films, jeux vidéo, musique, vidéos, etc...), nous utilisons plus de solutions de communication à distance (visios, appels, SMS, mails) pour garder le contact avec nos proches mais aussi, pour continuer à exercer notre activité professionnelle. 

Et d’ailleurs, le télétravail a énormément d’avantages, il évite la principale source de pollution atmosphérique : les déplacements en véhicule personnel pour se rendre sur son lieu d'activité. Il paraît alors plus économique d’utiliser les technologies de l’information pour travailler chez soi. Bien que ce soit une excellente voie pour agir sur l’environnement, lorsque nous nous retrouvons tous en télétravail comme maintenant, nos échanges sur les réseaux sont alors démultipliés (mails, LinkedIn).

Un mail émet entre 4g et 50g de CO2 par an. Environ 293 milliards de mails ont été envoyés chaque jour dans le Monde en 2019. En 2022, 333 milliards de mails seront envoyés chaque jour dans le Monde, soit 4016 mails toutes les secondes. 

La pollution numérique liée aux mails présentera un bilan carbone annuel de 3 470 000 tonnes de CO2 soit 3 fois la pollution générée par tout le transport routier en France chaque année !

En cette période d’augmentation des envois des gestes simples sont à adopter : 
  • Supprimer les spams, les non pertinents et les mails déjà lus 
  • Se désabonner des newsletters qui ne nous intéressent pas 
  • Cibler les envois et réduire le nombre de destinataires 
  • Optimiser la taille des pièces jointes en les compressant ou en envoyant des images, PDFs basse consommation 
  • Opter si possible pour une alternative à la pièce jointe lorsqu'elle est lourde, en recourant à un lien hypertexte à la place d'un document 
La pollution des moteurs de recherches est elle aussi conséquente et en cette période, là encore, nous naviguons constamment sur le web. Une recherche internet c’est 7g de CO2

Il existe là aussi des solutions simples : 
  • Utiliser des navigateurs soucieux de l’environnement comme par exemple Ecosia qui permet de planter des arbres, Youcare qui permet de nourrir des animaux abandonnés ou encore Lilo qui permet de financer des projets environnementaux 

Si vous ne deviez retenir qu’une seule chose, sachez que la consommation d’électricité des TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) en France correspond à 14 % de la consommation totale soit, la production de sept réacteurs nucléaires. De quoi changer rapidement vos habitudes 🌱.

Ajouter un commentaire

Loading